ASSOCIATION DES DÉPORTÉS, INTERNÉS, RÉSISTANTS ET PATRIOTES

ADIRP de l'AUBE Notre association a pour but d'unir, sans distinction de tendances, de conceptions philosophiques, politiques ou de religion, tous les patriotes qui furent internés ou déportés, au cours des guerres 1914-1918 et 1939-1945, pour leur activité patriotique, leurs origines ou leurs opinions, ainsi que les familles de disparus (exécutés, assassinés ou décédés en cours d'internement, de déportation, ou depuis) dont les droits ont été notamment réglés par les lois des 8 août et 9 septembre 1948 et du 27 décembre 1954.

01 mai 2017 ~ Commentaires fermés

JOURNÉE NATIONALE DES MARTYRS ET HÉROS DE LA DÉPORTATION : DISCOURS D’ANITA BAUDOUIN A TOURNUS

ob_619b90_img-20170430-110512Discours d’Anita Baudouin, secrétaire générale de la FNDIRP, au Monument aux morts et de la Déportation à Tournus, le 30 avril 2017 :

«  Madame l’Adjointe au Maire de Tournus,
Mesdames, Messieurs les Présidentes et Présidents,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

A vous tous je voudrais ajouter mon salut au représentant de la communauté juive présent parmi nous pour, je crois, la première fois, montrant ainsi l’unité du monde de la déportation, unité dont nous avons bien besoin en ce moment.

Nous voici donc de nouveau réunis pour honorer la mémoire de tous nos déportés disparus dans les camps nazis de concentration et d’extermination, et je ne peux que vous remercier de votre fidèle présence. Mais c’est aussi le moment de considérer que l’actualité interpelle fortement le travail de mémoire.

L’année 2016 fut terrible. Le malheur s’est installé durablement. En mars, la barbarie assassine de Daech sévissait à l’aéroport de Bruxelles, le 14 juillet, c’était l’horreur à Nice où, avec un acharnement sans précédent, on a pu assister au massacre, d’enfants, de femmes et d’hommes venus célébrer en famille la Fête Nationale. Tout un symbole piétiné de façon perfide et malfaisante. Et puis, il y a quelques jours, c’est à nouveau sur nos Champs-Elysées que la folie meurtrière vient frapper s’en prenant cette fois à nos forces de police. Tout en nous associant à la douleur des familles, nous n’avons pu que constater, qu’une fois de plus, c’est la République, la Nation, la Patrie, la Laïcité que l’on veut frapper.

Se servant de tous ces malheurs, certains politiques cherchent aujourd’hui à les mettre à profit pour renouer avec une idéologie malfaisante et, faisant miroiter des lendemains qui chantent, risquent d’entraîner toute une partie de notre population vers tout ce que nos ainés ont combattu. La France a déjà montré qu’elle sait s’unir devant l’adversité, unie comme elle a su le faire avec ses différences autour de Jean Moulin et du Conseil National de la Résistance. Nos pères, nos mères étaient persuadés avoir tout donné, jusqu’à leurs vies, pour que nous nous engagions résolument vers des valeurs républicaines faites de tolérance d’où seraient bannis le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme. Ils se sont levés pour dire « non » à toutes les discriminations, « non » aux idéologies de haine et de violence.

Aujourd’hui, tout risque d’être remis en question et pourtant le travail de mémoire reste le rempart efficace que nous devons ériger contre les stratégies de la haine. N’oublions jamais que la liberté est un bien précieux qu’il serait utopique de croire définitivement acquis et qu’en maintenant le souvenir des déportés, nous protégeons nos enfants contre le pouvoir maléfique des résurgences du nazisme.

Les échéances à venir nous entraînent vers la plus grande réflexion et fiers du combat de tous ces hommes et femmes, fiers des valeurs qu’ils nous ont légués avec tant de courage nous devons veiller à rester vigilants pour que leur souvenir ne s’efface pas, vigilants pour que ne s’installe pas une politique de haine de l’autre qui nous entraînerait fatalement vers le même cataclysme qu’il y a 72 ans. Ce sont des élections démocratiques qui ont, en 1933, abouti à la deuxième guerre mondiale, c’est la haine de l’autre qui a causé des millions de morts.

Les serments lus sur les places d’appels de Buchenwald et de Mauthausen à la libération des camps, proclamaient « plus jamais ça », pensons-y plus que jamais afin de maintenir et conserver la paix pour transmettre un message de courage aux générations à venir, persuadés que ce n’est qu’ainsi que nous les protégerons. »

30 avril 2017 ~ Commentaires fermés

ELECTION PRÉSIDENTIELLE – COMMUNIQUÉ DE LA FNDIRP

ob_74598d_fndirpLa FNDIRP, dès sa création en 1945, avait comme objectif de rassembler toutes les victimes des camps de concentration nazis, quelque soit leur origine et leur opinion politique. C’est pourquoi, lors des élections nationales, elle n’a jamais exprimé de préférences pour un candidat ou un parti, ni donné de consignes de vote.

La tournure prise par la campagne électorale du deuxième tour, nous oblige à rappeler les positions prises par le Front National en ce qui concerne la Résistance et la Déportation, en étant, en particulier, un des foyers principaux du négationnisme.

L’image de la « France apaisée » que Marine Le Pen proclame comme son objectif, est totalement en contradiction avec les messages et les actions de discrimination et de haine du Front national et avec l’affirmation d’un nationalisme xénophobe et raciste.

Les objectifs et le comportement du Front national sont donc totalement incompatibles avec l’engagement des membres de la FNDIRP, pris dès la libération des camps, d’œuvrer pour un monde de paix et de justice, dans le respect des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

La FNDIRP estime donc de son devoir absolu de lancer cet appel, pour qu’il soit fait barrage à la candidate du Front National et que le rejet de sa politique délétère soit le plus fort possible en choisissant, par conviction ou devoir, délibérément l’autre alternative de vote.

18 avril 2017 ~ Commentaires fermés

COMMEMORATION DE LA JOURNEE DE LA DEPORTATION

dep_1Isabelle Dilhac, préfète de l’Aube
Vous prie de bien vouloir honorer les cérémonies du souvenir qui se dérouleront à Troyes à l’occasion de la Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation.

Dimanche 30 avril

à 18 h 30

  • 10 heures : Rassemblement rue Huguier Truelle des autorités et sociétés, de l’harmonie Municipale, des « Trompettes de Troyes », du drapeau et du détachement des sapeurs-pompiers.
  • 10 heures 30 : Cérémonie devant la stèle aux Résistants et Patriotes internés, déportés et exécutés.
  • 10 heures 35 : Cérémonie devant le monument de la Résistance.

La FNDIRP sera présente et déposera une gerbe au monument de la Résistance. De nombreuses autres commémorations auront lieu dans le département.

COMMUNIQUÉ DE LA SECTION de ROMILLY-NOGENT de la F.N.D.I.R.P.

JOURNÉE NATIONALE DE LA DÉPORTATION
ET 72ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DES CAMPS

Dans toute la France, de nombreuses cérémonies marqueront la journée nationale de la Déportation, le week end des 29 et 30 avril prochain.
En cette journée nationale du souvenir, la section de Romilly Nogent se fera un devoir d’honorer toutes les victimes du nazisme et du fascisme. C’est pourquoi samedi nous irons nous recueillir sur les tombes de nos camarades à ROMILLY S/S (10 h 15 au cimetière des Hauts-Buissons), DROUPT-SAINTE-MARIE (14 h 30), PONT s/s (16 h 15) et NOGENT S/S (17 h 30). A 18 h15, nous serons à la stèle pour la cérémonie en hommage des Déportés avec la lecture du message.

Dimanche matin, à Romilly, nous participerons à la cérémonie officielle du 72ème anniversaire de la libération des camps (à 10 h 30 au monument aux morts). Nous rendrons hommage à nos camarades qui ont souffert et sont morts de la barbarie nazie, en effectuant un pèlerinage en déposant sur leur tombe un bouquet de fleurs (11 h 30 cette fois-ci au cimetière du Champ-Chardon). Nous invitons tous nos membres, associations avec leurs porte-drapeaux, familles et amis de nos disparus à participer nombreux.

Le Président
Christian BARTHELEMY

31 mars 2017 ~ Commentaires fermés

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE : DIMANCHE 2 AVRIL

th-280x1999-lpi_329_page12.jpgAssemblée Générale ordinaire de l’ADIRP

DIMANCHE 2 AVRIL 2017 A 10 HEURES
Résidence la MOLINE
10 rue de la Haute Moline*

Sous la présidence d’honneur de Madame Madeleine BILLAT, présidente d’honneur de l’ADIRP, dernière déportée auboise à Ravensbrück.

Ordre du jour :
- Rapport moral et d’activité par le Président Jean Lefèvre et discussion.
- Rapport financier présenté par la Trésorière départementale Gisèle Beaugrand puis vote.
- Budget prévisionnel.
- Résolutions et motions,
- Présentation des comités de Romilly et Troyes.
- Intervention des personnalités,
- Questions diverses.

Sont invités : MM. Touffu, Auffredou, M. le maire de Saint-Julien, M. le député J.-C. Mathis, Mme Catherine Brégeaut, conseillère départementale.

* La rue de la Haute Moline sépare Troyes de Saint-Julien. On y arrive directement en prenant la piscine comme point de repère et en suivant la chaussée du Vouldy jusqu’au bout.

07 mars 2017 ~ Commentaires fermés

LOUIS CORTOT VIENT DE NOUS QUITTER

cortot

Grand officier de la Légion d’Honneur, il était né le 26 mars 1925 à Sombernon (21). C’ est un résistant français, un des treize derniers Compagnons de la libération.

Fils d’un artisan ferblantier, Louis Cortot rejoint la résistance dans la RP, à l’âge de 15 ans. En mai 1942, le Résistant Louis Cortot participe, avec son groupe, l’Organisation Spéciale (OS)*, au grenadage d’un convoi de Jeunesses hitlériennes à Trappes. Il fut gravement blessé lors des combats pour la Libération de Paris. Il est ensuite président de l’ANACR (Associations nationale des anciens combattants et amis de la Résistance) et membre du conseil de l’Ordre de la Libération. Il s’est éteint le 5 mars dernier, à l’âge de 91 ans.

L’hommage de François Hollande
Le président François Hollande a rendu hommage à cet homme qui «avait voulu transmettre aux nouvelles générations l’esprit de la Résistance» et qui, «toute sa vie», est «resté fidèle aux idées du Conseil National de la Résistance». «Le 8 mai 2015, il avait remis les prix du Concours national de la Résistance et de la Déportation, il nous avait livré son dernier message:rester vigilants, ne jamais accepter les injustices, agir, non pas parce qu’on est sûr de réussir, mais parce que c’est juste. Ces mots résonnent plus que jamais aujourd’hui», a-t-il souligné dans un communiqué transmis par l’Elysée.

Entre janvier 1941 et janvier 1946, 1 036 personnes, qui s’étaient «signalées dans l’oeuvre de la libération de la France et de son Empire», avaient été nommées dans l’Ordre de la Libération. Le général de Gaulle a par la suite ajouté à la liste les noms du Premier ministre britannique Winston Churchill et du roi d’Angleterre George VI, portant le nombre définitif de Compagnons de la Libération à 1 038.

L’ADIRP de l’Aube (FNDIRP) s’incline avec respect devant cette noble figure de la Résistance qui a, à la présidence de l’ANACR, partagé les valeurs de la FNDIRP.

Le président Jean Lefèvre

(*) Émanation du Front National de lutte pour l’indépendance de la France, créé en mai 1941 par le PCF.

Histoire, géographie, éduca... |
Les villages du Hainaut Fra... |
Amoursucrefictions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Henri Maitre
| histoiregeoenligne
| Matshewk